Poudlard Magic School Index du Forum

Poudlard Magic School


              
        

Neeris Waltwer : Mystère à Poudlard

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Poudlard Magic School Index du Forum ->
4ème étage ->
Bibliothèque -> Etagère des FanFictions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sueli Malefoy
Elève de Serpentard
<font color=7CA187>Elève de Serpentard</font>

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juin 2006
Messages: 37
Localisation: Devant le miroir
Statut: Serpentard
Sexe ♂♀: Féminin

MessagePosté le: 26/06/2006 23:11:51    Sujet du message: Neeris Waltwer : Mystère à Poudlard Répondre en citant

Je vous donne ici, l'introduction et le premier chapitre. Okay ?
Il en existe 6 en tout, pour le moment (Un septième en préparation.) Alors si la fic vous intérèsse, je vous en pris :

http://www.fanfiction.net/s/2608736/1/

Et n'oubliez pas les reviews, svp, ca aide pour la suite ^^
(C'est que c'est un peu compliqué d'importer toute la fic dans les sites et tout et tout, donc voilà. Scusez moi pour la pub ... )

Sinon, je vous en prie pour les fautes, c'est un peu fait à l'arrache, alors soyez indulgent =)

_____________________

Neeris Waltwer : Mystère à Poudlard

Introduction : C'était lui


Sur le quai de la gare de Londres, parmis les hommes, les femmes et les enfants depourvus de forces magiques, marchait une jeune fille. Elle poussait un chariot remplis de valise. De plus, elle portait elle même un sac a dos et un chaton noir sur l’épaule droite.

Elle devait avoir 13-14 ans. Question physique, elle n’était pas merveilleusement jolie, mais pas laide non plus. Elle avait une peau très claire, des cheveux châtains qui ondulaient vers le bas, des mystérieux yeux bleux-gris, maquillés de noir, qui pourraient renfermés divers secrets... Elle n’était pas très grande, bien qu’elle n’était pas toute petite, ni grosse, cela dit, elle ne possédait pas le corp d’un manequin. Enfin. Ce n’était pas une fille parfaite.

Ce jour là, elle portait un large pantalon noir qui lui decendait depuis le bas de la taille, une longue veste noire en tissu chaud, et une echarpe rouge bordeau lui couvrait la gorge.

Depuis plusieurs jours déjà, la pluie battait sur les parapluies noirs de la population anglaise. Il faisait froid, en plus de tout.

La jeune fille semblait attendre quelquechose. Son train, très certainement.

Quelques minutes passèrent, pendant lesquelles, ses seules gestes étaient les caresses, qu’elle donnait à répétition à son chaton noir, de la main droite.

Après ces quelques minutes, elle remonta le bout de la manche de sa veste noire. Une petite et simple montre se laissa découvrir. Derrière la fine plaque de verre, les aiguilles annoncèrent 7h07. La jeune fille commenca à pousser son chariot, son chat, toujours agrippé sur son épaule.

Elle se dirigea vers un muret entre les voix 9 et 10. Elle avanca toujours vers le muret, d’un pas decisif, sans changer de direction.

Non. Elle ne tourna pas au dernier moment.

Non. Elle ne tomba pas a cause d’un choc.

Elle traversa, avec le plus grand des naturel ce petit muret, et entra dans la voix 9 3/4 . La voix qu’aucun être humain normal ne pouvait voir ou connaître. Mais, cette fille n’était pas normale.

Une fois sur le quai, un homme s’approcha et lui prit gentiment ses valises et les mit dans le dernier compartiment du train. Elle remercit d’un signe de tête.

Avant de rentrer, la jeune fille regarda autour d’elle pour essayer de remarquer quelques visages connus.

À sa gauche, elle apercut une petite famille de blond. Elle regarda le père de famille. Un bel homme, détenant du pouvoir. Puis elle fixait des yeux le fils qu’elle connaissait bien, elle pâlit. Il ne l’avait pas encore remarqué.

À sa droite, une autre famille, plus nombreuse, cette fois, composé de rouquins. Quatres garcons dont deux jumeaux et une fillette. En plus de cette famille de roux, il y avait deux autres jeunes.

Une jeune fille, qui devait avoir son âge, aux cheveux châtains et ondulés.

Et un jeune homme, qui lui aussi devait avoir leurs âges. Il avait des cheveux noirs de jais et des lunettes laissant entrevoir au travers de magnifiques yeux de couleur bleu-vert...

C’était lui.

Un sourire s’esquissa sur les lêvres de la jeune fille.

C’était lui.

Elle le savait.

Après cette découverte, elle s’élanca sans plus attendre dans le dernier wagon de la magnifique locomotive rouge.

Elle regardait par la fenêtre. Les cris des élèves retentissaient de de plus en plus fort alors que le temps coulait.

Soudain, une sonnerie qui indiquait a tous que le train allait partir, retentit.

Il restait quelques élèves qui parmis les larmes ou non disaient les dernier aurevoirs a leurs familles.

La jeune fille regarda du coté des blonds. Le jeune homme était a bord, et les parents étaient déjà partis.

Elle regarda du coté des rouquins, tous les enfants étaient a bord... A part Lui qui semblait préssé, mais qui écoutait les dérnières choses que le père des roux avait à lui dire. Il ne tarda pas à monter a bord avec les autres.

Le train démara.

Le quai contait encore quelques parents, tandis que le remu-ménage commencait déjà à s’installer dans le véhicule.

La jeune fille était seule dans son compartiment, bien qu’elle ésperait Le rencontrer.

Car elle en était absolument sure...

C’était lui.





[g]
Chapitre 1 : Une nouvelle année commencait pour moi...
[/g]



Assise dans l’un des wagons du train pour Poudlard, accoudée a la fenêtre, je regardais le temps qui filait... Le paysage changeait au fur et à mesure que le véhicule avancait. Je surpris plusieurs fois mon crâne s’écraser dangereusement contre la vitre. La fatigue montait en moi... Au fur et à mesure que le temps passait. Le voyage entre la gare de King’Cross et Poudlard était loin d’être court. Il comptait une dizaine d’heures. Le fait que je sois « nouvelle » à entrer dans les classes me donnait l’occasion de m’ennuyer de plus belle. Je ne connaissais personne. Et comme mon wagon était vide, je n’avais pas non plus l’occasion de rencontrer quelqu’un...

Nous étions partit de Londres à 7h30 du matin. Il était 11h23 lorsque la porte du wagon s’ouvrit sur une jeune fille aux cheveux chatains et ébourrifés. Me doutant que ce n’était pas pour me tenir compagnie, je détourna la tête de ma vitre d’un air las...

« C’est pour quoi ? » Envoyais-je.

« Excuse-moi... Tu es toute seule ici ? J’ai deux amis avec moi, on peut rester ? »

Même si j’avais demander de rencontrer des gens, je n’avais pas demander un troupeau... Je me pressa de pousser toutes mes valises et sacs dans un coin, ils étaient éparpillés sur toute la salle. Je pris mon chaton entre mes bras.

« Fais comme tu veux. » Répondis-je en me rasseyant...

« Oh, excuse-moi, je ne me suis pas presentée... Fit elle, avec un petit rire géné. « Je m’appelle Hermione. Hermione Granger. En troisième année chez les Gryffondors. »

Lorsqu’elle eut terminée sa phrase, deux garcons qui devaient avoir notres âges, entrèrent. L’un d’eux était roux avec plusieurs taches de rousseurs. L’autre avait les cheveux noirs, une pair de lunette ronde sur le nez... Lui...

« Euh,» reprit Hermione, « ceux sont Ron Weasley et Harry Potter... Aussi chez les Gryffondors. »

« Je suis Neeris Waltwer, je suis chez les Griffondors, aussi. »

« Vraiment ? » Demanda Harry. « Mais je ne crois pas t’avoir déjà vu... »

« Ni moi, » ajouta Ron.

« Oh euh... » Balbutiais-je. « Bon, je sui nouvelle, en quelques sortes. »

« Comment ca, ‘en quelques sortes’ ? » Insista Ron.

Si j’avais été de mauvaise humeur, je lui aurais lancé un regard noir sans rien répondre. Mais il se trouve, que ce n’était pas la meilleure méthode pour rencontrer des gens. Je m’abstins. Je lui répondis. Même si je detestais parler aux gens de choses qui ne les regardaient absolument pas.

« J’ai été malade pendant deux ans et je suis restée a Poudlard, sans classe, en apprenant avec des professeurs particuliers. »

« Tu as été malade pendant deux ans ? » Repeta Harry en haussant un surcil. « C’est sérieux ? »

« Mais oui... Du coup, Dumbledore me connait bien. »

« Je ne connais aucune maladie qui puisse durer aussi longtemps!» Fit Ron, levant les yeux vers le plafond. «Et toi Hermione ?»

« Moi... » Fit-elle hésitante, nous regardant tour à tour. « Euh... Non. »

« J’éspère que vous ne la connaitrez jamais. » Je leur souris gentiment.

« Et tu n’as jamais pu assister a des cours pendant quelques temps ? »

« Non... Mais cela devient un peu privé. Excusez-moi. » Retorquais-je

Á ce moment la porte s’ouvrit sur un jeune homme, peut-être un tout petit peu plus agée, très blond, avec un air hautain.

« Arrêtez de lui faire parler de sa vie privée... Ca ne vous regarde pas. »

« ‘SOS Malefoy’ C’est ca ? Venant à la rescousse des gentilles petites nouvelles filles... » Plaisanta Ron. Seulement Drago le regarda en haussant un surcil.

« Apparement, je connais bien plus de monde que toi, Weasley... À croire que c’est compréhensible... »

Il se retourna vers moi, laissant Ron en paix.

« Neeris... Tu aurais tout de même pu venir me voir. Ca fait deux ans. »

« Je n’aime pas me promener dans ses véhicules. Je t’aurais retrouver a Poudlard même... »

« Vous vous connaissez ? » Demanda Hermione sans comprendre.

« Ouaip. Évites d’interrompre les conversations romantiques... Ah ! Ces sangs-de-bourbre... On leurs apprend jamais les bonnes manières. »

« Tais-toi Drago... Tu sais très bien que je déteste cet air arrogant. » Lui lancais-je. Je me retourna vers Harry, Ron et Hermione. « Nous sommes époux. »

Les trois firent une drôle de tête a mes mots. Ron prit un air de dégout, Hermione ouvrit la bouche baie et Harry fit des yeux ronds

« Jaloux ? » Sortit Drago. Je ne l’écoutais plus.

« C’est nos familles qui ont choisis ca... Drago, je peux parler avec eux quelques temps ? Pour connaitre le fonctionnement de Poudlard, et tout... Tu sais, ils sont a Gryffondor, aussi. »

« Ah oui, c’est vrai. Franchement, tu ne mérites pas cette maison de bourrain... Si tu veux je demande a mon pére de... »

Je le coupa en pleine parole, ne voulant pas entendre parler de Lucius.

« Non,non,non,non... Ca ira, ne t’inquiète pas pour moi. »

Je le poussa légèrement vers la porte.

« A plus tard. »

Il ne put s’empecher de m’embrasser sous le nez des trois autres Gryffondors avant de sortir.

« Fais attention a toi... Tu sais, tu n’es pas toujours en sécurité, depuis ces deux dernières années. »

Je n’essayais pas de comprendre ces paroles. Je le poussa par la porte, fermant cette derniere derrière-lui... Si seulement il pouvait y avoir une clef !

Un courant d’air froid entra soudainement dans le wagon. Harry venait d’ouvrir la fenêtre et regardait la paysage.

« Il fait sombre... » Dit-il, « On doit être en milieu de chemin... »

Je hocha la tête et retourna m’assoire au coté d’Hermione.

« Excusez-le, il est très... Trèèès enervant. » Leurs dis-je en parlant de Drago qui venait a peine de sortir. Ron venait d’entamer un chocogrenouille qu’il venait de sortir de sa poche.

« Hm... Je me demande quand même comment tu fais pour sortir avec un gars pareil. Déjà que je n’arrive même pas a le voir... »

Je soupirai.

« Ce n’est pas moi qui est choisi. Mes vieux ont décidé a ma place, sans même me demander mon avis. Ca leur allait bien de me marier avec un Malefoy ! Mais quand il ne s’y met pas, il est très gentil, vous savez. »

Se fut comme si Ron faillit s’étrangueler derrière mes mots. Je ne savais pas s’il le faisait exprés ou pas. Hermione lui donna une tappe agressive dans le dos.

« C’est... Le chocogrenouille qui est mal passé ! » Fit-il avec un sourir bête.

Je decida alors de changer de sujet. Je n’aimais pas tellement parler de ma vie privée.

« Je suis contente de vous avoir rencontré. » Dis-je. « D’ailleurs, j’avais déjà entendu parler de vous avant. Hermione, connue pour son intelligence, Ron, l’un des Weasley et Harry... Harry Potter »

Je le vis lever la tête vers le plafond et soupirer bruyament. La célébrité devait le lasser.

« Désolée. Je ne voulais pas... »

« Ce n’est pas grave. J’ai l’habitude maintenant. »

Soudain, quelqu’un frappa à la porte. Une vieille femme vendait des friandise. Je sortis quelques mornilles de ma poche.

« Je prendrais bien un paquet de Patacitrouille et un autre de Balongomme de Bulard, s’il-vous-plaît. » Dis-je. Je me tourna ensuite vers les autres. « Vous voulez quelques choses ? »

« Vraiment, on peut ? » Demanda Ron.

« Biensur, puisque je vous le demande ! » Lui répondis-je en souriant.

« Je peux prendre un paquet de chocogrenouille ? »

« Ok. Et vous autres ? »

« Rien, merci » Répondit Hermione en répondant pour Harry également.

« Ce sera tout, alors. »

J’adressa les quelques mornilles a la vendeuse, et pris les trois paquets de sucreries. J’en tendis un a Ron.

« Voila pour toi. »

« Merci ! »

Le trajet qui nous séparait encore de Poudlard se continua en silence. J’étais fatiguée, et entrangement, je trouvais qu’il faisait de plus en plus froid. Même si j’avais remis ma veste et mon foulard, ce froid revenait toujours.

J’avais même l’impression qu’il me transpercait la peau et me glacer les veines.

« Di-Dites... » Dis-je en claquant des dents. « V-Vous n’avez p-pas froid ? »

« Un peu... » Répondit simplement Hermione. Mais en me regardant, elle ouvrit grand les yeux. « Eh ben ! tu es toute pâle et tes lêvres ne vont pas tarder à devenir bleutées... »

Soudain, le train s’arrêta. J’esperais que nous étions arrivés pour pouvoir vite retrouver la chaleure habituelle du chateau.

« On est arrivé ? » Demanda Ron.

« Je ne pense pas » Répondit Hermione. « C’est encore trop tôt... Je vais demander au machiniste ce qui se passe, et quelque chose pour Neeris. A moins que ca ne va mieux ? »

Elle me regarda. Une drôle de sensation s’empara de tout mon corp. Je n’avais plus froid, mais un étrange désir m’entreprit. Comme s’il fallait que je torture quelquechose. Je ne pu m’empécher de sourire vilainement. Hermione prit cela pour un oui, et partit. Je me renfonca dans mon siège tout en souriant de cette étrange facon, aux deux garcons en face de moi.

« Ca va ? » Me demanda Harry. « Pourquoi est-ce que tu souris comme ca ? »

« Il arrive... » Dis-je simplement.

« Hein ? De qui tu parles ? » Demanda Ron a son tour.

« Il arrive... » Répetais-je machinalement, d’une voix piteuse...

La lumière s’eteignit alors. La nuit qui était déjà tombé dehors n’aida donc en rien.

« Je vois plus rien ! Rallumez la lumière ! » Hurla Ron.

La porte s’ouvrit alors, et un tissu de lumière entra également. Un professeur tenait entre ces doigt sa baguette dont l’extrémité laissa jaillir un faisceau de lumière. A peine eu t-il refermé la porte derrière lui qu’elle se rouvrit aussitôt. Dans l’encadrement de la porte se tenait une haute silhoutette noire enveloppée d’une cape, le visage entièrement cachait par une cagoule.

Une de ces mains dépassait de la cape, une main grisatre, visqueuse et couverte de croute...

Cette arrivée ne semblait pas plaire aux autres. Pourtant, elle me remplissait de ce désir qui s’accentuait au fur et a mesure qu’il arrivait. J’avais comme l’envi de me jeter sur quelqu’un pour lui insérer mes ongles dans le cou. Je me mis a rire, sans savoir pourquoi.

La forme n’était là que pendant une fraction de senconde qui paraissait d’interminable minutes.

Elle se mit a respirer lentement et bruyament avant de s’en allait.

Alors, j’entendis quelqu’un hurler comme une fillette, et une voix d’homme plus agé qui lui hurler dessus. Le désir avait aussitôt été remplacé par un froid dans le ventre... Une peur...

La lumière se ralluma un peu après. Hermione était revenue, Ron était assis, et Harry était inanimé. L’inconnu qui tantot éclairait la salle de sa baguette, était toujours là. Quant à moi, j’étais enfoncé dans mon siège.

« Harry s’est évanoui ? » Demandais-je.

« Oui. Reveilles-le, Weasley » Ordonna l’homme qui devait être un professeur.

Ron donna quelques petites frappes sur les joues de Harry qui finit par se reveiller.

« Mais qu’est-ce qui s’est passé ? C’était quoi cette chose ? » Demanda t-il une fois reveillé.

« Un Détraqueur » Répondit l'inconnu « Un détraqueur d’Azkaban, cette fois... Tenez »

Il sortit de sa poche une barre de chocolat enroulé dans de l’aluminium qu’il cassa et qu’il tendit a Harry.

« Reprends des forces. »

« Merci professeur... »

« Lupin » Se présenta ce dernier. « Je serais professeur de Défense Contre les Forces du Mal, cette année. On se reverra certainement. Excusez-moi, je vais voir si tout va bien dans les autres compartiments. »

Il sortit de notre compartiment, a peine avait-il refermer la porte que se fut comme ci Ron se jeta sur moi.

« Mais qu’est-ce qui t’as pris de nous faire peur comme ca, avec tes petits sourires ? »

Ma mémoire était brouillée... Je pensais n’avoir jamais souris.

« Euh... Excuse-moi, quand est-ce que j’ai souris ? »

« Juste avant que le détraqueur n’apparaisse, en plus, tu disais ‘Il arrive, il arrive’ » Imita t-il avec une voix de possédé.

« Je n’ai pas souris ! Je n’ai pas dis ca ! Mais pourquoi tu dis n’importe quoi ? »

« Et qui a hurlé ? » Demanda Harry.

« Je n’ai pas hurlé non plus ! » Retorquais-je.

« J’ai entendu hurler, pourtant... Je me demande ce que c’était. »

« En tout cas, tu as souris, et tu as ris, aussi. » Ajouta Ron.

Cette fois, je commencais vraiment a m’énerver. Je me levai.

« Je n’ai pas ris, ni souris, ni parlé, ni hurlé, ni rien ! Tu vas pas me faire dire ce que je n’ai pas dit quand même ! C’est pas possible, ca ! Je sais mieux que toi ce que je dis ! »

« Et moi, je sais bien mieux que toi, ce que je vois et ce que j’entends! » Fit-il en se levant a son tour.

Hermione, se mit entre nous.

« Vous savez quoi, au lieu de vous disputer, vous devriez plutôt vous changer, le machiniste m’a dit que nous étions à 10 minutes de Poudlard... »

Aussitôt dit, aussitôt fait. J’ouvris l’une de mes valises et déplia la robe de sorcière soignesement repassée. Je retira ma veste et mon écharpe rouge, sachant que je devrais plutôt sortir celle de Griffondor, malheureusement.

Je retira ma veste et enfila ma robe pardessus mes vêtements, et, enfilai également cette stupide écharpe au couleurs horripilante.

Je rengea mes affaires à l’intérieur de ma valise.

Les autres firent de même, et, quelques minutes plus tard, nous y étions.

Quelques professeurs étaient sur le quai.

« Première année ! Suivez-moi ! » Hurlait Mcgonagall, professeur de métamorphose et maîtresse de maison des Gryffondor.

« Gryffondors, par ici ! » Criait un jeune homme aussi roux que Ron.

« C’est par là-bas » Conclut Hermione.

On s’avanca alors vers le rouquin, je donna un coup de coude a Harry, et lui dit a voix basse.

« Il ressemble étrangement à Ron... »

« C’est son frêre. Prefet-en-chef chez les Gryffondor. Il s’appelle Percy. »

« Je me disais bien... Ils ont la même tignasse ! »

Harry réprima un rire. Percy nous emena donc à l’intérieur du chateau. En passant la grande porte, je me disais au fond de moi, que cette nouvelle année qui débutait pour moi, n’allait pas être comme les autres...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
[ Wow .. Ce qu'elle est belle !
Attends deux secondes... Ah ouais, c'est bien ce que je me disais : c'est un miroir. ]
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 26/06/2006 23:11:51    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Poudlard Magic School Index du Forum -> Etagère des FanFictions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com